15 octobre - 10 décembre 2016

Vernissage samedi 15 octobre 2016

 


Olivier Kosta-Théfaine, Soffitto, 2016_Palais de Tokyo

Olivier Kosta-Théfaine, Soffitto

Olivier Kosta-Théfaine s’empare de trois coupoles sur lesquelles il compose au briquet un ciel calciné - la technique vient des halls HLM où des jeunes, pour brûler le temps, s’essayent aux écritures en feu sur les plafonds - remixant les fresques classiques des Palais Italiens avec la tradition du vandalisme quotidien des cités. Olivier Kosta-Théfaine dissèque la ville par ses périphéries, ses mauvaises réputations et ses légendes urbaines. Il peint les détails abstraits d’une rue, observe les mauvaises herbes ou crée des écharpes de supporters de foot en hommage aux banlieues, ciblant la tension qu’il y a entre l’envie de fuir sa zone tout en la défendant corps et âme.

 
Stelios Faitakis, Elegy of May, 2016_Palais de Tokyo

Stelios Faitakis,Elegy Of May.Part I: The Deepness Of Things.Part II: The Round Table

Stelios Faitakis présente deux peintures murales sur le thème de l’insoumission, tissant des liens entre les événements de Mai 68 influencés par la pensée situationniste, et les luttes actuelles. Comme l’artiste le précise : « Les deux surfaces de mon projet au Palais de Tokyo présentent une relation intéressante entre elles, l’une étant cachée sous l’autre. C’était parfait pour une composition en deux parties (…), toutes deux en lien étroit avec des images bien connues de l’iconographie byzantine, de la crucifixion et de la Cène, mais détournées. »

Sur fonds dorés ou argentés, les peintures d’Histoire de Stelios Faitakis (né en 1976, vit à Athènes) décomposent l’architecture, les symboles géométriques, la typographie et remixent les références et les techniques. Ses icônes désacralisées mettent en scène des auréoles enflammées, des résistants palestiniens, des émeutes, les excès du capitalisme ou plus récemment les traversées mortuaires des migrants.

 

& AUSSI : 

    Olivier Kosta Théfaine
Pensionnaire à l’Académie de France à Rome, Villa Médicis

 

Le ministère de la Culture et de la Communication a arrêté, le 23 mai 2016, la liste de la promotion 2016-2017 des pensionnaires admis à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis pour une résidence d’un an.

Le jury du concours a retenu 15 candidats qui ont proposé 14 projets. Le mercredi 22 juin 2016, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a accueilli officiellement les nouveaux pensionnaires qui ont signé à cette occasion un engagement réciproque avec l’Académie de France à Rome.

Lors de la première étape de recrutement qui s’est déroulée entre le 15 janvier et le 17 février 2016 sur la plateforme dématérialisée https://villamedici.achatpublic.com, l’Académie de France à Rome – Villa Médicis a reçu 508 candidatures rassemblant 31 nationalités.

Arrêté nommant les pensionnaires de l'Académie de France au titre de l'année 2016-2017

Les dossiers ont été soumis à un jury de sélection composé de : Anne Lafont, historienne de l’art, maître de conférences en histoire de l’art moderne (Institut national d’histoire de l’art - Université Paris Est Marne-la-Vallée) et ancienne pensionnaire ; Brigitte Lefèvre, chorégraphe et danseuse, directrice de la danse de l'Opéra de Paris de 1995 à 2014 ; Bruno Mantovani, compositeur, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, ancien pensionnaire ; ORLAN, artiste plasticienne et performeuse. Muriel Mayette-Holtz, directrice de l'Académie de France à Rome – Villa Médicis, Pierre Oudart, directeur adjoint chargé des arts plastiques au ministère de la Culture et de la Communication (Direction générale de la création artistique), et Thierry Tuot, président du Conseil d'administration de l'Académie de France à Rome – Villa Médicis, sont membres de droit de ce jury et ont également participé au processus de sélection.

Le nombre de bourses offertes au titre de cette sélection a été fixé à 14. Les pensionnaires bénéficieront d’une bourse de recherche et d’une indemnité de résidence, de logements individuels et d’ateliers ou d’espaces de travail pour une période de 12 mois.

Olivier Kosta Théfaine_Villa Medicis