Kirill Cheluskin
IRON

8 juin - 31 juillet 2013

Vernissage le 8 juin 2013

 

La fin des mythes est le thème principal de cette nouvelle exposition de dessin. Life Kills : Pinocchio est étendu, gisant dans l’eau stagnante son nez pointant vers le ciel, surplombé par deux enfants baignés de lumière qui ne semblent pas réaliser la dureté de la situation. Innocence enfantine et désillusion adulte sont les nerfs de cette nouvelle série.

Dans des dessins très contrastés, des soldats en plan serré-rapproché se détachent dans une matière très dense, aux traits durs et accidentés. Images cinématographiques inspirées de documentaires, le moment ainsi capturé est crucial : ces visages sont ceux de la fin de la Seconde Guerre Mondiale, quand les combattants de la Wermacht commencent à comprendre que la victoire leur échappe. Ces hommes qui regardent au loin semblent entrevoir leur destin. Pas de scène de combat mais un zoom sur l’humain: les visages ne sont plus ceux d’une race victorieuse mais d’une humanité en déroute.

En lisant les mémoires d’Albert Speer, architecte du troisième Reich, Kirill Chelushkin réalise que notre actuelle Europe fait parfois écho aux fous désirs hitlériens : une grande Europe gouvernée de manière fédérale, tenant la population entre des frontières bien closes. La dictature actuelle n’est plus basée sur l’éradication systématique d’unepopulation stigmatisée, mais sur la disparition des états au profit de la finance. Ceux que l’on montre du doigt aujourd‘hui sont les peuples en déficit, à qui il faut administrer une politique de rigueur. 

Alixe Cazaux

 


8th June - 31st July 2013

Opening 8th June 2013

 

The End of Myths is the main theme of this new drawing exhibition. Life Kills: Pinocchio is lying in stagnant water, his nose pointing to the sky, dominated by two light-filled children who do not realize the harshness of this situation. Childish innocence and adult disillusionment are focused in this new series.

In very contrasted drawings, soldiers in close-up plan stand in a very thick material, with hard and rugged features. These cinematographic images were inspired from documentaries, and the captured moment is crucial: the faces are those of the end of World War II, when soldiers of the Wehrmacht began to understand that victory eludes them.These men who look away seem to foresee their fate. No fight scene but a zoom on human: the faces are no longer those of a victorious race but they are those of mankind collapse. 

By reading the memoirs of Albert Speer, architect of the Third Reich, Kirill Chelushkin realized that our modern Europe sometimes echoes Hitler’s fool desires :a great Europe governed under federal way, holding the population in closed borders. The current dictatorship is no longer based on the systematic eradication of a stigmatized population, but on the disappearance of State for the benefit of Finance. Nowadays, those who are pointed at are the people in deficit, which should be given an austerity policy.

Alixe Cazaux