Sunil Gawde

"Id-Od"
Inner Dimension - Outer Dimension

Exposition 16 mars - 22 avril 2017

 

Déjà remarqué à la biennale de Venise en 2009, Sunil Gawde a affirmé sa présence au regard du public français lors de l’exposition Paris-Delhi-Bombay au Centre Georges Pompidou en 2011. La galerie Rabouan Moussion présente ‘id – od’, sa nouvelle exposition, du 16 mars au 22 avril 2017.

‘Id – od’, pour inner dimension – outer dimension est une exposition à laquelle Sunil Gawde travaille depuis trois années dans son atelier à Bombay. Conçue comme une exploration, elle propose au spectateur d’expérimenter des leurres perceptifs.

« C’est un jeu d’esprit sur la manière dont la raison obéit à ce qu’elle sait – ou croit savoir – en dépit de ce qui se déroule sous ses yeux. On peut lire mon travail comme un commentaire amusé sur notre espèce, qui se restreint à une infime partie des opportunités que lui offrent ses sens. »

Chaque œuvre fonctionne comme un piège pour le discernement. Le premier regard ne saurait révéler le véritable sujet de la pièce, qui s’avère être notre lecture erronée à son endroit. Des réalités à la limite du perceptible nous échappent, mettant en branle nos habitudes et venant piquer la paresse de notre interprétation du visible.

« Dans mon expérience, ce que l'on perçoit et ce qui est réellement peuvent souvent être deux choses absolument différentes.
Mon travail est un effort pour combler cet écart. »

Ici se trouve également, comme dans toute l’œuvre de Sunil Gawde, une réflexion sur le temps : le temps du regard porté sur l’œuvre, qui se veut assez attentif pour déceler l’artifice qui s’y dissimule et le temps de mouvements imperceptibles, à l’image de la rotation de la Terre.

Aussi, entre les cimaises de la galerie de blessantes offrandes sont-elles présentées aux côtés de sculptures cinétiques dont le mouvement est si lent qu’il échappe presque à la perception, de reflets aquatiques sans eau ou d’eau sans reflet pour la révéler.
Par ce nouvel opus, Sunil Gawde semble nous inciter à la méfiance envers le visible afin d’expérimenter le monde tous nos sens en éveil, sans nous fier à une perception qui pourrait être trompeuse. 


Alice Cazaux