Luke Newton

Né à Burmley en Angleterre, Luke Newton est un jeune artiste britannique diplômé de Saint Martins School. Il vit et travaille à Paris.

    Luke Newton envisage le monde de l’art comme un vaste terrain où frapper de son jeu de ping pong les grandes figures artistiques de la société contemporaine. Warhol et Duchamp sont sur le même bateau, l’art tombe à l’eau. Qui reste-t-il ?
Dans un second degré permanent, il tourne en dérision et relativise son rôle d’artiste dans une société submergée par les images. Les crayons dessinent des crayons, les souris sculptent des souris… Et à travers eux l’artiste se met en abîme.

    Ainsi, il réalise du Industrial Home Made, créant lui-même des « objets d’usine », d’une précision chirurgicale. Les I-Pods prennent la forme de silex, armes de poing moulées main pour entrer en chasse contre les mass-médias – ou peut-être s’en défendre.

    Pour Luke Newton, c’est en permanence l’heure de la « recréation ». Il s’amuse de tout et reste dans la redécouverte perpétuelle du monde pictural et graphique qui nous entoure : les cigarettes ne tuent plus, les paquets deviennent des œuvres et la galerie fait un tabac.

Vous pensez voir une toile d’abstraction géométrique ? Mais c’est l’urinoir de Duchamp version « à la turque » et vu d’en haut. Tout est prétexte au détournement, et la palette d’outils que Luke Newton maîtrise est aussi vaste que son champ d’inspiration, ce qui lui permet un mélange des genres et des techniques sans limite.

    Vous pourrez appeler cela comme il vous chante : Néo-dada, Do It Myself, Home Made Factory, Néo-pop, … Mais vos définitions seront vite caduques, Luke se renouvèle et innove aussi vite que l’industrie.