OLIVIER KOSTA-THÉFAINE

 
 

Né en 1972, celui qui se définit comme un « peintre de paysages » explore la ville par ses marges. Lorsquil se déplace dans lespace urbain, Olivier Kosta-Théfaine est à la recherche des éléments qui nous échappent. Dans sa volonté de réhabiliter linintéressant ou le connoté, lartiste replace dans le champ de la poésie le rapport de force souvent inextricable que nous entretenons avec la ville. Son intérêt pour le détail le guide dans ses déplacements et nourrit une banque dimages. Se considérant lui-même comme un pur produit de la ville, il se joue des clichés et transforme les références communes.

         Le classique est détourné au travers des techniques d'un « vandalisme cheap », ainsi lorsqu'il compose sur les trois coupoles du Palais de Tokyo un ciel calciné au briquet, inspiré des fresques des palais italiens, les graffitis des plafonds de son adolescence prennent alors les airs de peintures de la Renaissance. Artiste autodidacte, son travail a entre autres été exposé au Palais de Tokyo (2016), à lAbbaye de Maubuisson (2012), à la Fondation Cartier (2009), et a intégré les collections du Fonds Départemental dArt Contemporain de lEssonne (2013) et du Fonds Municipal dArt Contemporain de la ville de Paris (2011).

 


Résidence à la Villa Medicis, Académie de France à Rome, 2016-2017

            Créée en 1666 par Louis XIV, lAcadémie de France à Rome Villa Médicis a pour mission fondatrice et centrale laccueil dartistes et de chercheurs pour leur permettre de poursuivre leurs travaux, études et recherches. Elle accueille les plus grands artistes et chercheurs de renommée internationale dans toutes les disciplines afin de mener à bien un projet spécifique. Olivier Kosta-Théfaine a fait partie des résidents pour la période 2016-2017.

         Dans le cadre de son projet, Olivier Kosta-Théfaine propose dobserver Rome et sa banlieue, son architecture antique et contemporaine, ses clichés et ses détails cachés. Lartiste propose darpenter le paysage romain, de lobserver, puis isoler et archiver certains éléments de celui-ci. À partir de ces morceaux choisis et par le biais dun travail datelier, il suggère une lecture transversale de la Ville Eternelle et ce, en sappuyant sur des vérités ou en détournant la réalité au travers de réinterprétations, collisions, en tissant des liens entre passé et présent, centre et périphérie.